06
Juil

5 erreurs à éviter à l’étape du Webdesign

Lors d’un projet de création de site, le dialogue peut de temps en temps être brouillé entre le Webdesigner et le commanditaire. Ceci peut être causé par un manque de communication et/ou de bonne compréhension. Nous avons sélectionné les erreurs les plus courantes, qui peuvent pourtant être facilement évitées lors de la phase de Direction Artistique.

1. Le mélange de 2 propositions graphiques

Problème typique lorsqu’on reçoit 2 propositions de logotype notamment. On trouve des points positifs et négatifs dans les deux. On est alors forcément tenté de demander au designer de mixer les deux.

Par exemple : prendre le pictogramme du premier, et la police du deuxième. C’est une erreur.

Pourquoi ? Sauf exceptions, la combinaison des deux axes ne fonctionnera pas. Chacune des propositions a été l’objet d’une réflexion unique. La cohérence de l’ensemble sera donc détruite en cas de mélange, le logotype perdra en force.

Notre conseil : Exprimez plutôt votre ressenti au designer qui saura répondre en proposant une troisième alternative, dans un style graphique cohérent.

2. Les petites retouches sans réflexion globale

Dans la continuité du point précédent, lorsqu’on reçoit la maquette d’une page Web de la part d’une agence ou d’un designer, on va être tenté de prendre les points qui semblent ne pas nous correspondre, et demander des petites modifications ici ou là, souvent très ciblées. On rencontre alors la même problématique que pour le logotype, la page perdra en force et en cohérence, à force d’effectuer des changements non harmonisés avec l’ensemble.

Notre conseil : Une autre manière de procéder, qui sera plus efficace et qui vous permettra d’avoir une page plus harmonieuse et efficace au bout du compte, est de simplement souligner les points qui ne vous satisfont pas. Le graphiste les prendra alors en compte, et vous fera une nouvelle proposition plus proche de ce que vous attendez. Son rôle ne se cantonne pas qu’à Photoshop, il est aussi là pour vous conseiller et vous apporter son expertise, alors pourquoi s’en priver ?

3. Toutes les informations sur un même écran

Si cette affirmation était justifiée il y a encore quelques années, le Web d’aujourd’hui n’est plus scrollophobe.
En effet, le scroll fait désormais partie des réflexes utilisateurs : les pages Web ont tendance à se structurer verticalement, notamment depuis l’apparition des sites en parallaxe (un effet de profondeur qui se déclenche lorsqu’on descend sur la page).

Notre conseil : Il est préférable aujourd’hui de déployer ses contenus, les hiérarchiser davantage, et les construire dans une logique de progression de l’utilisateur. L’expérience utilisateur doit être au cœur de la réflexion. Ne vous gênez pas, prenez de la place, ne restez pas bloqués dans les méthodes et contraintes du Web de l’époque.. Les limites du Web tombent, profitez-en !

4. Les photos amateur

Faute de budget, on a souvent tendance à dégainer l’appareil photo personnel et mitrailler soi-même son showroom, son cabinet, son personnel… Pour ensuite fournir les photographies à l’agence et attendre d’eux des miracles en terme de retouches et travail des images, pour un rendu professionnel. Le souci est qu’il est toujours compliqué, à partir d’une matière première de mauvaise qualité, de faire un produit fini de bonne qualité.

Il ne faut pas se leurrer, les photos prises de manière amateur donneront une image amateur, et décrédibilisante, à votre entreprise.

Notre conseil : Faites appel à un professionnel, afin de donner une allure professionnelle, et qualitative, à votre activité. Il en va de votre image, et n’oubliez pas que la communication, ça ne coute pas, ça rapporte !

5. Les goûts du commanditaire VS les attentes de ses clients

Votre salon est multicolore et vous tenez à ce que le site de votre société vous ressemble, vous plaise et satisfasse vos goûts personnels ? Cela peut paraître bête dit comme cela, mais ce comportement peut vite s’installer sans que l’on ne s’en rende compte. Et c’est bien normal, on investit dans un site internet, on a envie qu’il nous convienne, jusque dans ses couleurs.

Cependant, il faut faire attention à ne pas faire passer ses goûts avant l’expérience que l’on offrira aux internautes. Par exemple, si vous trouvez le fond blanc triste, sachez qu’il reste souvent l’alternative la plus lisible.

Notre conseil : Veillez toujours à faire passer l’utilisateur avant vous, votre site sera ainsi plus fonctionnel.

Conclusion

Comme un architecte, le Directeur Artistique est là pour vous faire une maison dans laquelle il est agréable de se promener et qui correspond à vos goûts en décoration. Mais il est également présent pour vous conseiller (et parfois vous déconseiller !), vous soumettre de nouvelles idées et vous partager son expérience. Alors faites confiance à votre designer !

Top

1 Commentaire

  1. Thibaut J7D dit :

    Article intéressant et très pertinent, merci !

    La tentation de vouloir faire son marché sur plusieurs propositions graphiques est permanente. A se demander s’il ne vaut pas mieux présenter une seule piste et la faire évoluer en fonction des remarques et critiques, cela permet de maîtriser davantage la cohérence de la direction artistique. Mais bon, présenter une seule piste pour certains budgets, c’est parfois « assez » mal vu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *