10
Fév

My Client is Kind : Les Raconteurs s’engagent !

Nos clients sont riches. Et beaux. Et généreux. My Client is Kind (I) : nous avons réalisé une interview de Nicolas des Raconteurs afin qu’il nous parle de ses engagements écologiques et sociaux.

Les Raconteurs sont des créateurs de tables en bois d’Alsace.

Des tables en chêne local créées sur mesure.

Des tables témoignant de votre histoire.

« SENSIBILISER LES CONSOMMATEURS »

MCIR – Si vous deviez résumer les Raconteurs, en trois mots, que diriez-vous ?

  • Mobilier intelligent
  • Bois local
  • Sur-mesure

MCIR – Comment choisissez-vous vos arbres ? Racontez-nous.

Nous aimons beaucoup travailler le chêne car il a de nombreux avantages :

  • C’est une des seules essences locales naturellement durables à l’extérieur (il se protège des dégradations et de la pourriture grâce aux tanins qu’il contient).
  • C’est un bois qui se colle bien, idéal pour la fabrication des plateaux de tables.
  • C’est une essence dure et résistante, ce qui en fait un choix particulièrement adapté pour le mobilier.

Ensuite, nous utilisons d’autres essences, telles que : le frêne qui a des propriétés similaires au chêne (pas durable à l’extérieur), le noyer, le mélèze ou encore le douglas.

Cela permet d’être cohérent par rapport à l’éthique d’approvisionnement : ne pas transformer de bois exotique pour l’impact écologique que l’on peut avoir. Nous préférons travailler avec des bois naturels et propres, issus de forêts locales.

Les Raconteurs

MCIR – Pour vous, que signifie être « Gardiens de l’équilibre forestier » ?

Ce n’est pas grâce aux petits acteurs que l’on transforme l’équilibre, on ne pèse pas grand-chose. C’est une économie complexe. Mais le consommateur a le pouvoir de faire évoluer les pratiques en privilégiant les bois locaux issus de forêts gérées durablement.

Les Raconteurs sont là pour répondre à la demande consciente des consommateurs : il y a une évolution des pratiques d’achat ces dix dernières années, notamment grâce à l’apparition des labels d’éco-certification dans le bois, tels que PEFC ou FSC, qui ont sensibilisé le grand public à la gestion durable de nos forêts.

Produit certifié : pas forcément local, on peut avoir du bois exotique certifié mais s’il est certifié c’est qu’il y a un contrôle, que les autorités ont fait leur boulot. Il y a un volet social important, contrôle et suivi de la transformation de l’arbre.

MCIR – Une fois l’arbre choisi, que faut-il faire pour qu’il devienne une table ?

Voici les différentes étapes :

  • Grume : sciage en planches.
  • Délignage : quand on a les grosses planches tranchées dans la longueur, on fait des planches droites de plus petites longueurs, on enlève les défauts du bois.
  • Purge : on coupe en longueur pour enlever les parties du bois que l’on ne veut pas.
  • Rabotage.
  • Collage en largeur pour fabriquer les panneaux.
  • Ponçage pour que le plateau soit lisse.
  • Peinture en cabine, on peut teinter le bois avec des huiles pigmentées puis nous terminons la protection en appliquant une huile cire.
  • Option : des usinages complémentaires peuvent être réalisés sur un centre d’usinage à commande numérique en fonction des souhaits de personnalisation de nos clients, tels que des découpes et formes spéciales, l’emplacement des inserts, les trous pour les vis, les gravures, les fixations…
  • Assemblage des pieds sur le plateau.
  • Ensuite, grosse raclette !

MCIR – Comment la fabriquer en restant dans une démarche écologique ?

Nous préférons travailler avec des huiles à base de produits naturels, adaptées à un contact alimentaire, notamment des huiles labélisées pour les jouets pour enfants.

C’est important pour nos clients mais aussi pour les personnes qui vont les appliquer.

Nous chauffons notre atelier de fabrication avec nos chutes de production : les sciures, copeaux et chutes de productions sont broyées et envoyées dans un silo de stockage qui alimente le système de chauffage. C’est un avantage écologique et économique, un investissement qui a du sens.

Les Raconteurs

« Il Y A UNE PLACE POUR TOUT LE MONDE »

MCIR – Parlez-nous de votre engagement social : qui vient travailler le bois avec vous ?

Chez Les Raconteurs, nous avons la culture de travailler avec des personnes déficientes intellectuellement. Il y a une place pour tout le monde, il suffit juste de trouver la bonne.

Un des premiers employés était d’abord stagiaire, issu d’un établissement spécialisé, il a rapidement été embauché.

Nous avons besoin de profils variés : du design à la production, les différents postes ne requièrent pas les mêmes qualifications. Les personnes en situation de handicap apportent chacune leurs compétences et surtout une grande motivation.

A côté de cela, l’entreprise est aidée et encouragée, c’est tout à fait vertueux. Pour nous, ça a du sens de proposer du boulot aux personnes qui ont du mal à en trouver.

Nous avons aussi un partenariat avec l’ I.M.E. COTTOLENGO d’Epfig : des jeunes viennent en stage deux demi-journées par semaine avec un encadrant. Cela nécessite de s’organiser en amont, il faut bien planifier les tâches confiées afin que les jeunes soient productifs mais ça fonctionne bien !

Ils font du rabotage en binôme, voient le bois et le touchent. Ils sont dans une structure ordinaire, côtoient le monde du travail, en immersion ; ils voient ce que c’est que de bosser, d’avoir un rôle et d’être reconnu pour le travail fourni. Ils sont fiers de te montrer ce qu’ils produisent !

Depuis peu, il y a une 2e équipe qui vient pour des travaux de paysagisme.

Il faut prendre le temps, être à l’écoute : on ne les fait pas rentrer dans un moule, il faut les comprendre pour que ça fonctionne.

Nous sommes convaincus qu’il y a une place pour tout le monde, il faut juste trouver la bonne !

MCIR – Qu’est-ce que le travail du bois apporte ? Quelles sensations, quels sentiments ?

C’est un produit noble et vivant, agréable à travailler. Le bois a une belle image, une image chaleureuse.

Chaque planche est unique : c’est moins monotone de trier des planches de bois que des poutres en acier ! C’est un matériau chaud, à toucher et à regarder. L’odeur est très agréable. Tous les sens sont sollicités.

MCIR – Pouvez-vous nous raconter une histoire de partage ? Une anecdote frappante ?

Un jour, je suis en binôme avec un jeune en situation de handicap sur son poste d’empilage et de tri du bois. Au bout d’un certain temps, je commence à changer ma technique en pensant optimiser le geste ! Il me laisse faire une minute puis me dit : «  Mais t’es débile ou quoi ? »  Il m’explique alors ce que je fais de mal, je suis obligé d’admettre qu’il n’a pas tort !

Une fois qu’ils ont acquis l’expertise, ils sont ultra fiables, ce sont eux qui vont mettre le doigt sur des choses que tu n’auras pas vues car eux sont à 100% dans la tâche.

Ce sont des expériences qui forcent à une certaine humilité ! On a besoin de tous.

Les Raconteurs

MCIR – Comment envisagez-vous l’avenir des Raconteurs ? de nos forêts ? de la planète ?

L’avenir des Raconteurs : du mobilier en circuit court car nous sommes conscients que le transport est une énorme part des émissions. Nous voulons remettre du sens dans l’action d’achat, nous avons envie d’ouvrir les portes et de conter aux consommateurs l’histoire de chaque parcelle d’où est issue l’arbre qui compose leurs tables.

Le marché du bois est mondialisé. Beaucoup de forêts sont surexploitées et la matière première parcourt souvent le globe avant de se retrouver chez le client final.

C’est le consommateur qui a le pouvoir de se positionner pour faire changer les choses.

Il faut encourager les initiatives de valorisation du bois local. Parallèlement, il faut éduquer les publics de tout âge sur les bienfaits des arbres, afin qu’on se réapproprie nos forêts et qu’on les aime, pour mieux les protéger.

Alors ce dimanche, au lieu de vous balader sur Pinterest, dans votre salon, allez vous promener en forêt ! Sentez, regardez, touchez… et surtout, avant de repartir,  n’oubliez pas de faire un câlin à un arbre !

 

Chez My Client is Rich, entre deux promenades sylvestres, nous refaisons le monde autour d’une table en bois d’Alsace. Cette table sait tout de vous ! Si, un jour, vous avez l’occasion de la toucher, peut-être qu’elle vous contera d’autres aventures de clients généreux car…

My Client is Kind.

Venez toucher du bois

 

Les photos sont prises par le BabouchKAtelier.

Top